Outils créatifs

Les Cinq sens comme outils de l’imagination

Il y a peu j’ai compris une chose essentielle chez moi : je crois car je ressens. Cette phrase fait très : « je pense donc je suis » mais pourtant il n’en est rien. Bien au contraire : je me suis rendue compte que j’avais la sensation d’exister lorsqu’une odeur m’enveloppait, que je touchais de la main un objet, que j’entendais le chant d’un oiseau, que je voyais mon environnement immédiat, que je goûtais les saveurs de mon petit-déjeuner…

Et ces sensations m’apportent tous les jours des croyances sur la vie, sur ma vie. Elles influent sur chaque aspect de moi-même, teintant mes émotions de subtiles nuances. N’est-ce pas la vue d’une injustice qui me hérisse les poils ? N’est-ce pas l’odeur du bon pain du fournil lorsque je passe devant une boulangerie qui me ramène à mon enfance quand mon père était boulanger ? N’est-ce pas le son de la contrebasse qui fait monter les larmes dans mes yeux ?

Il y a tant d’émotions, de sensations ressenties à travers nos cinq sens qui sont, à mon sens, des expériences de vie. Des expériences qui peuvent nous donner l’élan de créer car elles nourrissent notre créativité. Je les perçois comme des muses nous montrant le chemin vers une œuvre plus profonde car alimentée par de réelles sensations et émotions.

Je vous propose donc dans cet article un petit voyage à travers les sens et, si cela vous dit, je vous ferai part de quelques exercices qui peuvent vous aider à faire travailler votre imagination et, pourquoi pas, faire naître des scènes, des images, des sons, des formes en vous qui ne demanderont qu’à être créées…

La vue : faire le plein d’images

Notre cerveau fonctionne principalement à l’aide d’images. Nos rêves, nos souvenirs, nos projections sont tant d’exemples qui prouvent que l’être humain se sert de la vue pour matérialiser ses pensées. Ayant fait des études d’arts plastiques puis de cinéma, je ne peux que confirmer la part non négligeable de la vue dans mon processus de création : je suis passionnée par l’image.

Depuis toujours, j’aime à créer un mélange d’images que j’appelais « collage » ou « patchwork » quand j’étais plus jeune et qui, aujourd’hui, est plus communément appelé « vision board ». Soit le tableau de visualisation.

C’est le premier exercice que je vous propose. Il n’y a rien de mieux pour stimuler la vue que d’associer des images qui fonctionnent ensemble : que ce soit pour vous inspirer sur un projet en particulier, pour manifester vos rêves ou pour la beauté et la joie de le faire tout simplement, il existe des dizaines de raisons de faire cet exercice.

Rien de plus simple, soit vous le faites sur un mur ou un tableau en liège avec du scotch/pâte à fixe/punaises pour coller vos images imprimées ou découpées dans des magazines. Soit, vous préférez la voie dématérialisée et vous tentez l’exercice sur Pinterest en créant un tableau ou avec un logiciel de montage photo. L’idée n’est pas vraiment de réfléchir ardemment aux associations mais de vous laisser porter par les images que vous voyez. Quelquefois vous allez tomber sur des images qui ne vous inspiraient rien quinze jours avant quand elles étaient passées dans votre feed Pinterest et qui ont pourtant du sens dans votre vision board. Dans tous les cas, laissez vos mains et vos yeux agir ensemble : votre vision board se créera de lui-même !

L’odorat : la madeleine de Proust

Je trouve que l’odorat est vraiment le sens le plus sous-coté de tous. Personnellement, c’est celui qui me permet d’aller en profondeur dans ma psyché car une simple odeur me ramène à des souvenirs, des images, des sons, des sensations et même des émotions que j’ai déjà connus ou vécus. Jean-Jacques Rousseau dit même que : « L’odorat est le sens de l’imagination ». Et je ne peux qu’être d’accord avec lui ! Les odeurs ont un réel impact sur la créativité nous apportant même, dans certain cas, concentration et énergie.

L’exercice que je vous propose ici est plutôt simple : Créer à l’aide des odeurs. Soit vous décidez de créer un objet parfumé (comme un DIY de bougie par exemple), objet qui vous servira par la suite lors de vos sessions de création, soit en respirant en conscience une odeur que vous aimez qui imprégnera l’œuvre que vous aurez décidé de créer. L’idée dans cette deuxième proposition est donc de créer quelque chose à partir de cette odeur : que vous évoque-t-elle ? Quelles sont les émotions, les réminiscences, les symboles, les sonorités qui vous viennent ? Laissez-vous totalement imprégner par l’odeur : que ce soit une fleur, une feuille de basilic, une fraise, un parfum ou même l’odeur de la pelouse ou de votre dentifrice, vous êtes totalement libres de choisir l’odeur qui vous inspire. Que ce soit sur une toile, sur un écran, ou dans un carnet, sur un appareil photo ou une caméra, dans votre intérieur ou vos assiettes, il y a mille façons de créer avec les odeurs !

Le toucher : le pouvoir de l’intention

Quel beau et tendre sens que le toucher. C’est l’un de ceux qui sont le plus sollicités car nous sommes en permanence en contact avec notre environnement : que ce soit par nos vêtements, nos meubles, par les objets ou même la Terre et l’air, nous touchons toujours quelque chose. La subtilité du toucher est tellement incroyable : si nous prenons l’exemple de la caresse, elle peut être très légère, douce, affirmée, forte, appuyée, brusque, violente… Tant de nuances qui me font dire que le toucher est le sens de l’intention. Nous, êtres humains, avons cette capacité incroyable de pouvoir doser nos gestes, nos appuis, notre toucher et y mettre une intention particulière. Nous n’attrapons pas un objet de la même manière selon s’il nous tient à cœur ou s’il ne nous procure aucune émotion (Marie Kondo, sors de ce corps!).

En conséquence, je trouvais intéressant de vous proposer un exercice sur cette d’idée d’intention du toucher. Pour cela, il faut créer avec ses mains (ou son corps). Imaginons que vous souhaitez créer une poterie pour l’offrir à quelqu’un qui vous est cher. Représentez-vous cette personne dans votre esprit, en fermant les yeux : votre intention est donc de faire plaisir à cette personne, de lui offrir votre amour. Commencez ensuite à toucher avec conscience l’œuvre que vous créez. Vous allez, bien évidemment, devoir rouvrir les yeux pour continuer votre processus de création mais il est nécessaire que vous gardiez en tête, comme si vous étiez en état méditatif, la personne, l’émotion, l’intention qui vous était venue. Vous verrez, votre œuvre sera pourvue d’une très belle énergie après ça !

Le goût : mettre des mots sur des saveurs.

Je ne sais pas si vous connaissez le livre de Muriel Barbery, Une gourmandise ? C’est l’une de mes fictions préférées qui m’a enseigné la notion d’éducation du palais. Dans ce roman, un grand critique culinaire, mourant, recherche LA saveur qui lui trotte dans la tête depuis tout petit et il s’empresse de remonter le fil de ses souvenirs, de sa mémoire gustative pour la retrouver avant de mourir. Sa manière d’évoquer les différentes saveurs qui ont traversées et transformées sa vie est tout simplement transcendantale. Comment peut-on mettre des mots sur un goût ? Comme pour l’odorat ? Comment évoquer saveurs et odeurs sans plonger au cœur des souvenirs ? Je pense que c’était le postulat de départ de Muriel Barbery : décrire le goût.

C’est l’exercice que je vous propose et il commence en cuisine. Choisissez un plat, un met, un dessert que vous avez envie de déguster et cuisinez-le en conscience. N’hésitez pas à goûter les différents ingrédients au fur et à mesure. Humez, dégustez, prenez votre temps. L’objectif n’est pas ici d’aller au plus rapide, ni de penser au fait que le plat sera mangé en dix minutes. Non, l’objectif est de prendre plaisir à créer ce moment si particulier. Attablez-vous une fois le met terminé, avec un stylo et de quoi écrire. Inspirez deux-trois fois avant de commencer à déguster avec lenteur. Vous pouvez fermer les yeux si cela vous aide : cherchez les saveurs, les subtilités, les nuances du plat. Laissez les images venir derrière vos paupières et, dans le même temps (ou après si cela est plus facile pour vous), écrivez tout ce qui vous vient sur la feuille ou le carnet mis à côté de votre assiette.

Cet exercice vous permettra de prendre conscience déjà que vous créez quelque chose en cuisinant mais aussi que le goût possède une véritable richesse d’enseignement. Je suis certaine que lorsque vous relirez votre feuille vous serez surpris de la beauté des images de vos mots ou vos dessins.

L’ouïe : l’écoute attentive

Il m’arrive rarement d’écrire ou de créer sans écouter une musique. Actuellement j’écoute d’ailleurs une playlist car cela me permet de m’isoler totalement de mon environnement et de me concentrer sur ce que j’écris, mais cela m’aide aussi à me mettre dans une ambiance particulière pour écrire. Je n’écris pas de la même manière selon ce que j’écoute. Lorsque je n’écoute pas de musique, c’est que j’ai besoin de me laisser imprégner par le silence. Car oui, le silence s’écoute aussi : ce n’est pas seulement une absence de bruit. C’est une atmosphère particulière qui calme (encore faut-il avoir un environnement qui l’est aussi), apaise.

L’exercice que je vous propose pour le sens de l’ouïe est très simple. En apparence seulement, parce qu’il s’agit de choisir une musique spéciale qui peut conforter l’émotion que vous souhaitez insuffler dans l’œuvre que vous voulez créer. Imaginons que vous travaillez sur une peinture avec un paysage tempétueux, vous pouvez choisir un morceau qui vous évoque cette émotion de mélancolie ou de colère ou tout autre sentiment que vous souhaitez insuffler dans votre œuvre. Ce morceau, vous devrez alors l’écouter en boucle pour vous en imprégner dans toutes vos fibres : il faut donc que vous l’aimiez tellement qu’il ne vous est pas possible de vous en dégouter ou d’en être lassé avant un bon moment. C’est là, la difficulté de l’exercice, ce choix. Cela vous vaudra peut-être quelques jours avec la chanson en tête ensuite mais vous ne le regretterez pas car votre œuvre sera nourrie par les émotions que vous aurez ressenties à l’écoute attentive du morceau.

Et vous, quel est le sens qui vous aide le plus à créer ? Avez-vous trouvé des exercices que vous aimeriez essayer ? N’hésitez pas à me faire un retour en commentaire si jamais vous testez un ou plusieurs exercices, j’adorerais vous lire !

Auteur

contact@lachaumiereauxidees.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.