Outils créatifs

Les rêves et la créativité

Vous souvenez-vous de votre dernier rêve ? Peu de gens peuvent se targuer de répondre par l’affirmative à cette question. Pourtant nos rêves sont essentiels dans notre construction mentale et émotionnelle. Dans notre société, nous avons du mal à accorder le temps nécessaire au repos, le jugeant inutile car nous faisant perdre un temps précieux qui pourrait être mieux employé. Seulement, sans un repos de qualité, il est très difficile de pouvoir rêver avec aisance. Cela peut faire peur aussi, car dormir peut nous donner le sentiment d’être vulnérable, que l’on peut être attaqué dans la réalité mais aussi dans nos rêves…

Toutefois, je ne peux que vous conseiller de vous pencher sur vos rêves. A mon sens, notre vie endormie a autant d’importance que notre vie éveillée.

Car il y a quelque chose qui se joue dans les rêves, vous ne trouvez-pas ? Comme si notre esprit (notre âme ?) pouvait vivre sa propre vie, sans intervention d’aucune sorte. L’état de sommeil permet de mettre notre corps en total relâchement et établit alors un lâcher-prise inconscient. Notre cerveau n’est plus sous contrôle de la raison, nous sommes loin de nos postures sociales. Nous sommes seuls avec un méandre d’idées qui se connectent entre elles dans un brassage sensible et intuitif.

Ce brassage est lié à notre capacité, presque magique, d’établir des connexions inconscientes, aléatoires, entre différentes zones de nos cerveaux mais aussi de visualiser, c’est-à-dire de produire une image visuelle au fond de nous. Quand on se pose deux secondes pour réfléchir à cette faculté naturelle de l’être vivant, c’est presque vertigineux, vous ne trouvez pas ?

J’ai, pendant longtemps, été de ceux qui sont fascinés par les rêves notamment durant mon enfance car j’avais la chance de faire beaucoup de rêves lucides et donc de pouvoir interagir avec mon environnement rêvé. Comme si je possédais l’opportunité de vivre une deuxième vie, loin de toutes injonctions, libre de mes actes, de mes paroles et de mes pensées. Cette fascination avait aussi son pendant négatif puisqu’il m’arrivait de confondre rêves et réalité : certains évènements de mes rêves me hantaient comme des souvenirs. Je me souviens encore aujourd’hui avoir fait un rêve dans lequel ma petite fille dont je venais d’accoucher mourrait. Au réveil, je me sentais en deuil. J’ai pleuré toute la journée ensuite : pourtant, j’avais 12 ans et je n’avais pas d’enfants.

Cette sensation, ces émotions sont induites par les neurones miroir : lorsqu’on rêve et qu’on visualise, la zone cérébrale qui est associée en miroir s’active comme si nous avions déjà réalisé l’action. Le cerveau ne sait pas faire la différence entre la réalité brute et celle qu’il visualise. Donc lorsque l’on dort et qu’on cauchemarde, il n’est pas étonnant que nous ayons peur. Cela peut se produire chez n’importe quel rêveur. Dans mon cas, avec le rêve lucide, la frontière entre rêve et réalité était encore plus mince puisque j’étais « consciente » en rêve. Je me souviens même d’avoir défendu mordicus à ma mère que j’avais cassé mon sac à dos alors qu’il était en parfait état : cela était seulement arrivé dans un de mes rêves. Je ne vous raconte pas la conversation qui a suivi pour faire comprendre à ma mère que je n’avais pas menti, que je m’étais seulement trompé. 

Puis, lors de mon adolescence, je faisais beaucoup de cauchemars. C’est le cas encore aujourd’hui. Sauf qu’à l’époque de mon adolescence et du début de ma vie d’adulte, je cumulais ces cauchemars avec des insomnies et des paralysies du sommeil avec hallucinations visuelles. Ce qui ne m’aidait en rien avec mon envie de dormir, comme vous pouvez vous en douter.

Malgré ces expériences de sommeil à double facette, je n’ai jamais cessé d’accorder de l’importance à cette vie parallèle que nous vivons tous et même à l’aimer tout autant que ce que je considère comme ma réalité car j’y ai toujours vu une manière de me comprendre, de faire une passerelle entre mon moi conscient et ce qui est enfoui en moi dans mon subconscient. Les rêves sont, pour moi, un terreau créatif très fertile qui nourrit mon art.

Je suis souvent déçue lorsque je ne rêve pas, pas vous ?

Le rêve : un monde du subconscient, de l’intime, de l’invisible…

A mes yeux, les rêves ont un pouvoir merveilleux. Ils recèlent notre pouvoir intérieur qui est caché en nous, inaccessible aux autres puisqu’il n’y a que nous qui pouvons le voir. Combien d’entre vous se sont retrouvés à froncer les sourcils en écoutant le récit du rêve d’un de ses proches car il le trouvait totalement absurde ? Combien d’entre vous se sont attelés à raconter à leur tour l’essence de l’un de leurs propres rêves sans réussir à faire comprendre ne serait-ce qu’un dixième de ceux-ci ? Le rêve ne semble compréhensible qu’à la personne qui l’a vécu. Et encore ! Même s’il y a beaucoup de recherches technologiques et scientifiques sur le sujet, nous sommes encore incapables d’afficher nos rêves sur un écran, pour enfin montrer à voir ce que nous avons vu à d’autres, pour enfin comprendre l’essence de cette mystérieuse capacité.

Mais alors qu’est-ce qui fait la force de ce phénomène ?

Peut-être que son mystère est justement la richesse du rêve. Le domaine du subconscient est encore tellement opaque et si vaste qu’il nous est difficile d’instaurer un cadre à cette expérience quasi quotidienne.

Mais peut-être que les rêves ne peuvent pas avoir de cadre car ils ne tiennent pas compte de la cohérence, de la chronologie, du bon sens. Des thématiques et des images y reviennent constamment mais toujours mélangés comme si elles avaient été prémâchées, assimilées puis recrachées. Les rêves nous forcent à regarder tout ce que nous refusons d’associer de manière consciente lorsque nous sommes éveillés. Notre cerveau répète nos rêves, nos journées, nos pensées, nos idées, nos émotions sans discrimination pour pouvoir plus facilement les intégrer et les classer en nous. Quelquefois même, les rêves réinventent nos souvenirs ou nous les extirpent du passé nous faisant comprendre que cette situation résonne encore en nous. Finalement, le rêve réinterprète en permanence notre nous profond. C’est pour cette raison que les rêves marquants et récurrents nous permettent de découvrir quelque chose de profond sur nous qu’il est nécessaire de ne pas ignorer. D’ailleurs, plus vous voudrez arrêter de cauchemarder ou de rêver d’un sujet en particulier, plus celui-ci se rappellera sur la surface de l’écran noir de vos nuits.

Le rêve est, en définitive, un formidable outil de développement personnel de connaissance de soi (d’ailleurs souvent utilisé par les psychologues), un outil d’expansion et de tri intérieur.

Exercice : Essayez de vous endormir en conscience, en demandant à votre intériorité de vous révéler ce qui vous bloque, ce qui vous entrave dans votre vie : le lendemain interprétez les éléments de votre rêve et je peux vous assurer que vous serez surpris de la perspicacité des messages que vous aurez reçus.  Après, il ne tient qu’à vous d’agir ou non sur les éléments révélés.

Le rêve : un monde fictif, un monde de l’imaginaire, une source d’inspiration.

Ce qui me fascine particulièrement dans le rêve. C’est sa puissance créative.

Notre cerveau a une façon très fantaisiste de capter notre attention grâce à une créativité de scénarios digne d’un film expérimental d’une personne droguée (un homme à tête d’éléphant, un escalier qui s’arrête…). En accolant des éléments disparates entre eux, le rêve nous apprend la flexibilité et l’inventivité que nous pouvons réinjecter dans notre quotidien.

Ces idées qui surgissent du néant, ces ambiances inspirantes, ces trames inattendues sont ce que Jacques Montangero (professeur  à l’université de Genève), appelle une créativité débridée. Le rêve est un mode d’expression délirant qui stimule la créativité. Le rêve peut nous offrir un souffle nouveau dans notre processus de création car l’inspiration créative surgit souvent de l’inédit, naît de l’imprévu.

D’ailleurs, l’interprétation d’un rêve est, en soit, terriblement créative : nous essayons de faire des ponts, des liens dans un rêve qui n’a apparemment aucun sens. Nous pouvons même donner une dizaine d’interprétations à un rêve et c’est ce qui fait la beauté du phénomène. A partir d’une même visualisation, nous avons tous une manière différente de réagir, de ressentir, d’agir.

Dans le cadre des rêves lucides, ce qu’il est intéressant de noter, c’est que la créativité intervient en même temps que notre enfant intérieur. Le mental est mis au placard et il ne tient qu’à nous d’inventer une scène digne d’un jeu créatif, une improvisation enfantine jouissive et libératrice !

Libre à nous ensuite de décortiquer le tout, de prendre des éléments et de les réinjecter dans notre art, de s’inspirer de ce que notre subconscient a manifesté en nous et a créé à partir de notre esprit. Pourquoi s’en priver ?

Le rêve nous aide donc à improviser, à nous adapter mais aussi à créer en nous apportant idées, fantaisie et nouveauté. Quel outil formidable pour déployer notre créativité !

Exercice : Chaque matin, pendant plusieurs jours, sans attendre d’être pleinement réveillé, saisissez-vous d’un crayon et faites le récit de vos ou votre rêve. Pas besoin d’être littéraire ni de chercher à interpréter. L’objectif n’est pas de faire intervenir la raison. Vous pouvez même mettre seulement des mots d’émotions, d’objets, d’êtres, d’animaux, etc. qui ont peuplé ce rêve, puis laissez tout ça de côté. Revenez-y dans la journée pour une éventuelle interprétation ou, si vous le faites pendant plusieurs jours, vous pouvez aussi y revenir plus tard, à la fin de l’expérience pour faire une interprétation plus globale. Vous serez surpris de tout ce que vous aurez extirpé de votre cerveau mais aussi du fait qu’il vous sera plus facile de vous souvenir de vos rêves par la suite, avec plus de détails, de nuances… Et si vous le souhaitez, si cela vous inspire, vous pouvez réinjecter les ambiances, les personnages, les images que vous avez notés comme matériau pour créer !

Et vous, quelle relation avez-vous avec vos rêves ? Je suis curieuse d’entendre le récit de votre dernier rêve ou de celui qui vous a le plus marqué : n’hésitez pas à investir les commentaires pour cela !

Auteur

contact@lachaumiereauxidees.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.